https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010145844

 

Pour nous émerveiller malgré la situation sanitaire, le musée du Louvre, lieu vivant d'inspiration, vient de mettre en ligne une colossale base de données, afin de permettre aux visiteurs de découvrir l’intégralité de ses collections. C'est à la fois titanesque et magnifique !

La base des collections du musée du Louvre rassemble plus de 480 000 notices d’œuvres et objets appartenant aux collections nationales, inscrits sur les inventaires des huit départements du musée du Louvre (antiquités orientales, antiquités égyptiennes, antiquités grecques, étrusques et romaines, arts de l’Islam, peintures, sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes, arts graphiques, objets d’art du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes), sur les inventaires du service de l’histoire du Louvre ainsi que sur ceux du musée national Eugène-Delacroix, rattaché administrativement à l’établissement public du musée du Louvre depuis 2004.

Collections présente aussi les œuvres dites « MNR » (Musées Nationaux Récupération) récupérées à la fin de la Seconde Guerre mondiale, déposées par l’office des biens privés au musée du Louvre en attente de leur restitution à leurs légitimes propriétaires. Les notices des œuvres dites « MNR » sont regroupées dans un album thématique dédié et sont également consultables sur la base ministérielle Rose-Valland.

Les œuvres sont présentées sur Collections quel que soit leur lieu de conservation actuel : exposées dans les salles du musée du Louvre ou du musée Delacroix, visibles dans les jardins, déposées par le Louvre dans des institutions en France ou à l’étranger, conservées en réserve.... Des informations concernant la localisation figurent sur chaque notice.

Rendez-vous sur le site dédié pour ce voyage inédit !

 

Au fait, connaissez-vous le nouveau podcast du Louvre, "Les Enquêtes du Louvre" ? Cette émission radiophonique mêle art et crime au cœur du plus grand musée du monde.

Ci-dessous, le Tricheur à l’as de carreau est le récit d’une escroquerie menée de main de maître. Et un (auto)portrait de la peinture et de Georges de la Tour... en tricheur ! Retrouvez le tableau au 2ème étage de l'aile Richelieu, salle 912.