la couverture est blanche comme la neige avec écrit Friday en noir, en arrière plan on aperçoit deux personnes dans les bois et en premier plan une dague dans la neige avec du sang.

 

 

 

Friday de Ed Brubaker (Scénario) et Marcos Martín (Dessin)

Ce premier tome met en scène Friday et Lancelot, deux ados au sortir de l’enfance qui, sous l’impulsion du jeune homme se lancent dans de mystérieuses enquêtes qui les entraînent au seuil du fantastique, là où les mythes anciens et les légendes tirées du folklore populaire prennent vie…

Friday Fitzhugh revient pour les vacances de Noël dans la petite ville où vivent ses parents et où elle a grandi. La jeune étudiante se souvient de son enfance marquée par son amitié avec Lancelot Jones, dit « Lance », sorte d’apprenti Sherlock Holmes qui a aidé de nombreuses fois le shérif à résoudre des affaires occultes. Enfants, Friday et Lance étaient « connectés », ils avaient même bâti dans la forêt un repère bien à eux dans lequel ils se retrouvaient pour élucider le mystère de certaines enquêtes. A son retour, Friday s’aperçoit très rapidement que les retrouvailles ne sont pas à la hauteur de ce qu’elle espérait. La froideur et les non-dits sont de mise… En quittant le repère qu’utilise toujours Lance, Friday fait une drôle de rencontre dans la forêt. Peut-on parler de rencontre ou d’apparition ?

A mi-chemin entre Stranger things et les romans de Stephen King, le premier volet de cette série prometteuse combine habilement polar et fantastique. 
Ed Brubaker nous embarque sous la neige, dans une enquête aux frontières du réel avec la présence de créatures fantastiques et il s’avère terriblement frustrant de ne pouvoir connaître la suite tant la fin de ce premier opus s’avère inattendue…

 

Coup de coeur de Séverine (Médiathèque de Mitry-Mory)

Où trouver ce document ?